Comment apprendre à déguster un vin ?

Une main tenant un verre de vin.

Le vin est un alcool complexe qui mérite un peu de connaissance pour être pleinement savouré. Lors d’une dégustation, trois de vos sens seront sollicités. Comment les utiliser ? Dans quel ordre ? À quoi faut-il faire attention ? Nous vous détaillons dans cet article les différentes étapes à suivre pour apprécier de façon optimale votre vin.

Étape 1 : Se mettre dans de bonnes conditions

Tout d’abord, nous souhaitons souligner l’importance du lieu pour une bonne dégustation. Pensez à privilégier des endroits calmes, dépourvus d’odeurs trop prenantes et d’une bonne luminosité. Cela vous permettra de réaliser correctement les prochaines étapes décrites ci-dessous.

De plus, le choix du verre est également à prendre en compte. Si le verre « tulipe » reste le verre traditionnel pour déguster le vin, il existe toute une variété de formes de verre, chacun adapté à la dégustation d’un vin en particulier (voir notre article : « Choisir son verre à vin »). Quoi qu’il en soit, il est important d’avoir un verre à pied et de le tenir soit par le pied (la jambe) soit par la base (la cuvette) afin de ne pas chauffer le vin avec ses mains.

La carafe à décanter tient également un rôle primordial, notamment pour les vins rouges, puisqu’elle permettra au vin de libérer tous ses arômes.

Si nous accordons une grande importance à l’association entre mets et vin lors de nos dîners, une dégustation seule de vin requiert de ne pas être polluée par d’autres goûts qui viendraient fausser nos sensations.

Enfin, il est capital de suivre un certain ordre de dégustation et de commencer par des vins jeunes et terminer sur des vins vieux, plus tanniques et charnus, afin de ne pas saturer rapidement le palais.

Étape 2 : Prendre le temps d’observer

Dans un second temps, l’une des étapes indispensables d’une dégustation de vin consiste à admirer sa robe. Il s’agit donc de prêter un œil attentif à sa couleur, ses nuances et ses reflets.

Observer le vin face à un arrière-plan neutre, de couleur blanche, servira à retranscrire plus fidèlement sa robe. Pour ce faire, vous pouvez, par exemple, utiliser une feuille de papier positionnée à l’arrière de votre verre.
Cette étape vous permettra de déceler quelques indices précieux concernant le type de vin (le cépage), son ancienneté, sa teneur en alcool ou son degré de sucre.

Les reflets de la robe offriront des pistes sur l’âge du vin.
Pour un jeune vin rouge, les reflets ont davantage tendance à se rapprocher d’une couleur pourpre, cerise. Au fil des années, sa couleur évolue et tire vers des tons plus orangés, tuilés.
De même que pour le vin rouge, les reflets du vin blanc sont changeants selon le niveau d’ancienneté de la bouteille. Son nuancier varie entre un jaune pâle pouvant contenir des reflets verts au début, en passant par une couleur or, pour enfin s’arrêter sur un ambré, roux.

La robe du vin peut aussi s’avérer être un bon indicateur pour deviner sa provenance. Les vins produits sur la moitié ouest du pays, correspondant à un climat océanique, auront des caractéristiques différentes de ceux produits sur l’autre moitié de la France, correspondant plutôt à un climat continental. Les vins du Sud auront encore d’autres spécificités.

Les larmes peuvent aider à présumer l’origine du vin. Lorsque l’on fait tournoyer un vin dans son verre, une petite quantité du liquide adhère à la paroi ce qui provoque la formation de gouttelettes qui sont appelées larmes. Elles peuvent être fluides ou épaisses, grasses ou coulantes… et elles donnent des informations précieuses sur le vin, notamment sur sa teneur en sucre. En effet, un vin plus sucré formera des larmes plus lourdes et plus lentes.

Étape 3 : Sentir les arômes

La première étape, appelée premier nez, consiste à approcher le nez de son verre, sentir les effluves qui s’en dégagent et repérer si elles sont puissantes ou plutôt discrètes. Cette étape permet aussi de déceler si le vin présente un défaut.

Ensuite, on peut faire tournoyer le vin dans le verre afin de l’oxygéner et de le sentir à nouveau. Il s’agit du deuxième nez permettant de capter les arômes qui seront nouvellement apparues et qui se seront intensifiées.

Il existe 3 grandes catégories d’arômes : les arômes primaires qui sont issus du cépage ou du terroir, les arômes secondaires provenant de la fermentation du vin et, les arômes tertiaires qui se développent pendant le vieillissement du vin, en fût ou en bouteille.
Ces arômes sont répertoriés en 12 familles : les arômes végétaux, floraux, fruités, épicés, boisés, balsamiques, empyreumatiques (fumé, grillé, café, cacao,…), animal, de confiserie, fermentaires (bière, brioche, pain,…), minérales (pétrole, craie,…) et chimiques (acétone, alcool,…).

La rétro-olfaction est une méthode permettant de « sentir » les arômes du vin grâce à la connexion entre le nez et la bouche. Les arômes suivent une trajectoire à l’arrière du palais jusqu’à atteindre le bulbe olfactif. Cette opération se fait naturellement lorsque nous mangeons mais elle peut être accentuée lors d’une dégustation de vin.

Étape 4 : Passer à la dégustation

Lorsque le vin est en bouche, nous pouvons évaluer immédiatement sa puissance et ressentir en priorité sa saveur sucrée. C’est ce que l’on appelle l’attaque. On peut le faire tourner dans sa bouche car l’acidité, le sucré ou l’amertume sont perçus à des endroits différents de la langue. En grumant, c’est-à-dire en aspirant un filet d’air, vous permettrez au nectar de libérer davantage d’arômes. Mais on peut aussi mâcher le vin comme un aliment. En se mélangeant au vin, la salive va le chauffer et accentuer toutes ses saveurs.

Le milieu de bouche est le moment où tous les arômes se développent. Cette étape va permettre de ressentir toute la texture d’un vin, sa densité et sa finesse. C’est également à ce moment-là que l’on perçoit l’acidité et les tanins.

Enfin, la finale est l’étape durant laquelle toutes les saveurs se développent en bouche et où vous aurez une impression générale du cru gouté.
Mais même une fois avalé ou recraché, le vin continuera à révéler certaines saveurs. C’est ce que l’on appelle la longueur en bouche. Un grand vin pourra se reconnaître par sa capacité à se développer en bouche même une fois avalé. Cette longueur en bouche est une notion qualitative car il s’agit de la persistance des arômes en bouche mais c’est aussi une notion quantitative car cette persistance se mesure en caudalie (1 caudalie = 1 seconde).

La dégustation d’un vin est un moment convivial, de partage. Il est donc tout aussi important d’échanger avec les autres convives sur ce que chacun a ressenti concernant l’impression générale du vin, son intensité, les arômes détectés, etc.

Pour vous aider à utiliser le bon vocabulaire, vous pourrez vous reporter à notre précédent article : « Tous les termes à connaitre autour du vin. »

Et enfin, pour accompagner votre dégustation, Ma Cave à Vin vous propose une large sélection d’accessoires de dégustation dont des crachoirs à vin, accessoires pour l’ouverture des vins et la préservation des bouteilles ouvertes.

Tous les termes à connaître autour du vin

La complexité et la richesse de l’univers du vin nécessite un langage complet et précis pour décrire toutes les strates qui le composent, que ce soit sur la vigne, lors de sa fabrication mais aussi en dégustation. C’est selon cette chronologie que nous vous avons préparé un lexique permettant d’aborder ce riche vocabulaire pouvant être dur à appréhender pour les néophytes.

Vocabulaire de la fabrication et la conservation des vins

Appellation : Terme désignant un label décerné selon la provenance des cépages et/ou des procédés de fabrication spécifiques.

Assemblage : Mélange de vin provenant de plusieurs vignobles ou de cépages différents.

Cépages : Variété de plant d’une vigne cultivée. Le Merlot, l’Ugni, le Syrah, le Chardonnay sont des cépages.

Chaptalisation : Ajout de sucre au moût du raisin avant ou pendant la fermentation pour produire des vins davantage équilibrés voire plus sucrés ou plus gras. Le mot provient du nom de l’inventeur de ce procédé : Jean-Antoine Chaptal.

Cru : Sert à désigner un vin ou un vignoble précis, un terroir défini. On retrouve ce terme pour les vins de Bourgogne, d’Alsace, etc.

Cuvée : Quantité de raisin produite par un même vignoble, mise en cuve et/ou assemblée.

Domaine : Terme employé pour désigner une exploitation viticole.

Échalas : Tuteur de vigne en bois, plastique ou métal.

Élevage : Étape de vieillissement d’un vin en barriques ou en chai pour travailler ses tannins.

Fermentation : Réaction chimique de transformation des sucres en alcool.

Vinification en barrique : Procédé de fermentation des vins, au contact du bois de barriques.  

Fermentation malo-lactique : Procédé de fermentation transformant l’acide malique en acide lactique, réduisant l’acidité d’un vin.

Grand Cru : Appellation instaurée à Bordeaux au 19e siècle, donnée aux vins selon un processus de fabrication précis et respectant le terroir.

Lie : Matière organique récupérée en fin de fermentation, composée de fruits, de pulpes et de levures pauvres en sucre.                                                                                                                                        

Macération : Temps pendant la vinification où les parties solides du raisin (pépins, peaux, tiges, pulpe, etc.) restent au contact du moût. Ceci permet d’extraire des bienfaits de ces parties solides et d’apporter au vin une plus grande richesse de couleur, de saveurs et de tannins.

Macération à froid : Processus onéreux de refroidissement du moût de raisin à -80°C puis de stockage à +5°C, opéré avant la fermentation alcoolique pour aider à obtenir le plus haut degré d’extraction pour la couleur et les arômes supplémentaires et protéger le moût.

Marc : Résidu (graines, peau, pépins et tiges) restant au fond des cuves, une fois le jus écoulé.

Moût : Raisin broyé avant fermentation.

Pasteurisation : Stérilisation par chauffage du vin à 60°C, détruisant les micro-organismes permettant le vieillissement du vin. Le mot provient de son inventeur : Louis Pasteur.

pH : Valeur déterminant l’acidité d’un vin.

Pigeage : Opération de vinification consistant à enfoncer la pellicule de raisin appelée chapeau qui se forme à la surface pendant la fermentation. Cela permet l’extraction des tannins.

Pruine : Fine couche recouvrant le raisin, apportant des levures issues de l’environnement de la vigne, utiles lors de la fermentation.

Vendanges : Ramassage des raisins mûrs, destinés à la fabrication du vin. Elles s’étendent d’août à octobre.

Véraison : Étape de maturation où les raisins changent de couleur.

Vert : Type de vin produit à partir de raisins qui ne sont pas suffisamment mûrs.

Vinification en barrique : Procédé de fermentation des vins, au contact du bois de barriques.  

Vin cuit : Vin altéré par la chaleur. Le vin cuit serait apparu en Provence au 18e siècle.

Vin de goutte : Vin rouge ou rosé obtenu grâce au jus de raisin confectionné au sein d’un pressoir.

Vin de presse : Vin tannique fabriqué à partir des marcs pressés après que le jus fermenté ait été retiré des matières solides du raisin.

Vocabulaire de la couleur et texture des vins

Brillant : Vin limpide et lumineux.

Charnu : Décrit un vin corsé, rond, présentant un grand caractère à travers sa texture et sa saveur.

Crémeux : Vin dont la texture est proche de la crème.

Gras : Vin moelleux, fort en alcool, assez souple et charnu avec de la concentration et de l’intensité.

Lisse : Vin souple et sans aspérité.

Opulent : Vin élégant et généreux en arômes, offrant un goût savoureux et de la richesse.

Robe : L’aspect visuel du vin. La dégustation commence par tout ce qui est repéré par les yeux, y compris de belles nuances dans les couleurs. Par exemple, un rouge pourra posséder une robe tuilée, sombre, pourpre, ou rubis. On peut également avoir des indices de l’âge du vin en examinant sa robe : plus il est ancien, puis il se couvrira de reflets tuilés, notamment au niveau du disque. Pour les blancs, les vins très jeunes ont tendance à avoir des reflets légèrement verts.

Rustique : Vin à la texture rugueuse et austère, qui manque de finesse. Selon le terroir, cette caractéristique peut être une qualité.

Trouble : Manque de limpidité anormal d’un vin.

Velouté : Vin présentant un fort caractère, soyeux, présentant une texture onctueuse en bouche.

Vocabulaire des parfums des vins

Acétique : Vins comportant des traces d’acides acétiques avec un parfum de vinaigre. On parle de piqûre acétique lorsque le vin se dégrade et que son alcool est transformé en acide acétique.

Arômes primaires : Odeur présente sur le fruit lui-même, parfois perceptible avant le processus de vinification.

Arômes secondaires : Odeur qui se forme lors des fermentations alcooliques.

Arômes tertiaires : Odeur créée pendant le vieillissement du vin. CAV

Bouchonné : Vin présentant une odeur de moisi, de bois pourri. Ce phénomène est créé par un bouchon de mauvaise qualité ou un souci d’embouteillage, dont le résultat est une infection du vin par le TCA (trichloroanisole).

Creux : Il s’agit de vins dont le goût manque de force entre l’attaque et la finale. Ce sont des vins qui manquent de support tanique et de fruits.

Ferme : Désigne un vin tannique et vif, très acide.

Floral : Vins rouges ou blancs aux parfums d’acacia, de jacinthe, d’iris, de pivoine, etc… On retrouve ces arômes, par exemple, dans les vins de Bordeaux.

Frais : Attaché au nez, au goût. Ce terme désigne une acidité marquée mais contenue et agréable.

Herbacé : Vins aux flaveurs d’herbes.

Mielleux : Vin très riche en sucre, doux avec des flaveurs et un goût de miel.

Nez : Etape de la dégustation succédant à la découverte et précédant la bouche. Elle correspond aux arômes et odeurs qui se dégagent du vin.

Noisette : Arôme secondaire doux de noix, d’amende ou de noisette que l’on trouve dans les vins oxydés.

Poivré : Arôme présent dans les vins du Rhône, sentant le poivre noir ou blanc frais.

Végétal : Parfums proposant des flaveurs herbacées. Ces vins sentent le cèdre, la résine, le champignon, le sous-bois, etc…

Vocabulaire de la dégustation des vins

Acide tartrique : Acide présent principalement dans les plantes et ayant un rôle d’acidifiant dans le vin. Il se présente sous la forme de petits cristaux que l’on trouve parfois au fond d’une bouteille de vin. Ils ne représentent aucun danger à être consommé.

Aération : Terme employé pour indiquer le principe de mettre le vin au contact de l’air pour déclencher son oxydation et son évaporation pour que ses flaveurs et son goût soient plus perceptibles.

Ample : Sensation en bouche d’un vin apportant une matière enrobée et large avec une palette aromatique en rétro-olfaction occupant complètement la bouche.

Attaque : Premier goût, première impression en bouche. L’attaque peut être douce ou rude.

Bouche pleine : Vin harmonieux, riche en arôme et présentant une bonne longueur, avec assez de volume pour occuper toute la bouche avec ses saveurs.

Décantation : Principe de changer le vin de récipient pour faire évoluer son goût avant la dégustation.

Dégustation horizontale : Vins servis dans des groupes du même millésime.

Dégustation verticale : Comparaison de vins identiques en fonction des années.

Ininterrompu : Vin offrant une expérience gustative positive avec des sensations soutenues du premier goût à la finale, avec un équilibre des saveurs du début à la fin.

Finale : Terme de dégustation qui désigne ce qui reste du vin au palais après l’avoir avalé (ou craché). Elle peut être courte ou persistante ; sur les papilles comme en rétro-olfaction.

Jambes : Traces transparentes et visqueuses se formant sur le côté du verre après avoir fait tourner le vin.

Matière : Texture, sensation provoquées par le vin en bouche.

Mature : Étape de maturation du vin, entre la fin de sa jeunesse et le début de son altération où tous ses éléments sont présents : tanins, fruits et acidité.

Milieu de palais : Sensation de dégustation du vin qui se situe après le goût initial et avant la finale. 

Oxydation lente : Principe consistant à laisser un vin à l’air libre dans sa bouteille plusieurs heures avant de le consommer.

Oxydation : Les vins blancs oxydés vont virer au jaune et les vins rouges vont tendre vers une couleur brique, marron. L’oxydation déséquilibre le vin et apporte des goûts de fruits secs.

Afin d’éviter une oxydation trop importante après l’ouverture de votre bouteille, nous vous recommandons d’utiliser un de nos bars à vins avec conservation des bouteilles ouvertes

Serré : Vin riche en saveurs et concentré, qui saura conserver ses caractéristiques en réserve.

Structure : Mot qui décrit toutes les composantes d’un vin : L’alcool, l’acide, le sucre et le fruit.

Ullage : Espace d’air entre le vin et le bouchon.

Avant de vous lancer dans la découverte en bouche de vos bouteilles, nous vous recommandons de les préparer à la dégustation à l’aide de nos caves et vitrines à vin de service.

 

Vocabulaire des goûts du vin

Acide / Acidité : Qualité essentielle du vin, participant à son équilibre en lui donnant une sensation de fraîcheur et de relief. Trop d’acidité va donner au vin du mordant et un goût acide. Peu d’acidité va donner une sensation de mollesse.

Agressif : Vin dont les tannins sont durs, râpeux ou trop acide.

Angulaire : Vin avec peu de consistance, de moelleux. On l’oppose aux vins ronds.

Arrière-goût : Vin dont le goût reste dans la bouche après avoir fini de le boire. On parle aussi de longueur.

Astringent : Vins au goût dur ou tranchant, dû principalement aux tannins pas assez mûris.

Austère : Vin durs se définissant par leurs faibles arômes mais aussi leur forte acidité et leurs puissants tannins.

Beurré : Vin dont l’odeur rappelle le beurre. Le Chardonnay est un vin beurré.

Boisé : Vin dont la maturation s’est généralement faite en fûts de chêne. La fin prend alors des flaveurs boisées et vanillées.

Bouquet : Décrit les arômes complexes qui se développent dans un vin.

Capiteux : Vin très fort en alcool.

Complexe : Décrit une myriade de parfums ou de flaveurs qui se retrouvent dans le parfum ou le goût d’un vin. Il s’agit d’une notion inévitablement associée aux grands vins.

Corps : Terme utilisé pour décrire l’impression du poids du vin en bouche. Le corps du vin varie grâce aux tannins du vin.

Corsé : Vin dont toutes les composantes du goût sont puissantes.

Dense : Vin issu d’une matière première concentrée.

Doux : Vin aux taux de sucre assez élevé.

Épicé : Vin qui présente des arômes d’épices (poivre, cannelle, muscade, clous de girofle…).

Équilibre : Peut-être l’aspect le plus important à repérer lors d’une dégustation – l’équilibre entre l’acidité, la sucrosité, les tannins et l’alcool. Un bon équilibre est l’harmonie de tous ces aspects.

Élégant : Vin de grande facture, raffiné, aux arômes doux. 

Exubérant : Vins frais, vifs, avec un caractère explosif.

Fatigué : Défaut désignant un vin avec une faible intensité de ses composantes. Mot utilisé pour désigner un vin dilué par exemple.

Friand : Vin avec un taux d’acidité le rendant savoureux et fruité. 

Fruité : Les vins fruités sont souvent des vins simples, qui présentent des arômes rappelant ceux du raisin et des fruits frais.

Minéral : Peut faire référence au nez ou à la bouche, et décrit un arôme qui rappelle les roches. La minéralité apparaît sur des raisins cultivés sur des sols rocheux, argileux ou calcaires, chargés en minéraux.

Mûr : Vin produit à partir de raisins ayant atteint leur niveau de maturité optimale.

Nerveux : Vin présentant une acidité plus élevée et des flaveurs plus puissantes. 

Profondeur : Détermine la qualité des tannins, des composants et de la texture du vin pendant la dégustation.

Puissant : Vin concentré en matière première, en saveurs et en tannins.

Racé : Un vin souvent de très haute qualité, proposant une forte acidité, de la profondeur, du caractère et de la complexité.

Rétro-olfaction : Mécanisme physiologique permettant de percevoir, à partir du système olfactif, des caractéristiques aromatiques du vin. On l’évoque surtout lors de la finale.

Riche : Vin présentant une texture colorée, une saveur ample et puissante et une belle longueur.

Rond : Un terme pour décrire des tannins mûrs et une bouche peu acide et facile à boire. Les tannins sont présents, sans côté rugueux ou âpre.

Souple : Un terme positif pour un vin doux en bouche, peu acide et dont les tannins sont harmonieux.

Soyeux : Vin harmonieux, moelleux et velouté.

Tannique : Se dit d’un vin puissant et très astringent. Ceci est causé par une forte concentration de tannins, des molécules contenues principalement dans la peau du raisin et à moindre mesure dans ses pépins. Ils donnent un côté âpre au vin et s’adoucissent avec le temps.

Terreux : Goût considéré comme positif lorsqu’il n’est pas prononcé. Il définit des arômes de terre, de champignon ou de moisissures.

Trame : Terme qui décrit l’intégralité des caractéristiques ressenties en bouche lors de la dégustation.

Vin sec : Vin rouge ou blanc comprenant du sucre résiduel, qui n’a pas été transformé en alcool durant la fermentation

Vif : Vin montrant de la fraîcheur et de la légèreté car principalement acide.

Vin de glace : Vin liquoreux à faible teneur en alcool et une forte teneur en sucre résiduel, il est fabriqué à partir de raisins vendangés gelés.

Pour conserver un maximum de saveurs lors de son vieillissement, votre vin doit être stocké dans des conditions optimales, à l’aide de nos caves et vitrines à vin de vieillissement

Comment reconnaitre un vin bouchonné ?

Il est de convenance dans les restaurants de faire goûter le vin avant de le servir. Ceci n’est pas une simple tradition mais une action permettant de faire vérifier au client que le vin n’est pas bouchonné. Si cette notion vous échappe, cet article vous aidera à comprendre ce qu’est un vin bouchonné et comment il peut développer ce goût si particulier.

Bouchon de liège

Que veut dire « vin bouchonné » ?

Lorsque nous disons qu’un vin est bouchonné, c’est qu’il possède un goût de bouchon. Celui-ci provient d’une molécule : la Trichloroanisole (TCA). La présence de cette molécule dans le bouchon va donner au vin un goût de liège ainsi qu’une odeur désagréable de renfermé. Vous ne pourrez passer à côté d’un vin bouchonné.

Toutes les bouteilles ayant un bouchon en liège peuvent être touchées par ce phénomène, peu importe le vignoble, la qualité du vin ou le cépage. D’autres facteurs comme la position du vin ou la présence dans le vin de la molécule peuvent être à l’origine de ce goût.

Pourquoi des bouchons en liège ?

Naturel, esthétique et d’une grande efficacité, les bouchons en liège sont présents sur la plupart des bouteilles de vin tranquilles, effervescents ou spiritueux. Le liège permet non seulement d’être un matériau respectueux de l’environnement mais il est aussi parfaitement étanche au liquide. Même couchée dans votre cave à vin, une bouteille ne fuira pas. Son autre grand avantage est de limiter le transfert de gaz. En effet, le liège vous permet de conserver plus longtemps une bouteille puisque l’oxygène mettra plus de temps avant d’altérer le vin.

Comment reconnaitre un vin bouchonné ?

Même si vous ne sentez pas tout de suite que le vin est bouchonné, vous vous en apercevrez très vite même s’il faut parfois, selon le vin, quelques minutes pour s’en rendre compte. Certaines personnes seront également plus sensibles que d’autres à cette saveur. La présence de cette molécule donne au vin une odeur désagréable de bois moisi, de renfermé, de poussière. En bouche, un goût de carton mouillé avec un arôme de liège prononcé.

Bien que désagréable, boire un vin bouchonné ne sera pas dangereux pour la santé.

Comment éviter qu’un vin soit bouchonné ?

Le facteur déclencheur se trouvant dans le bouchon, il est difficile de prévenir son apparition. De nombreux acteurs du domaine viticole travaillent ensemble pour trouver une solution. Aujourd’hui deux idées ont émergé :

  • L’utilisation de bouchon synthétique même si cette dernière proposition sera en désaccord avec les besoins écologiques
  • Un changement dans la solution de nettoyage et de traitement pour le liège. C’est cette solution qui est aujourd’hui la plus utilisée et qui permet d’avoir de moins en moins de vin bouchonné.

Pensez à conserver votre vin couché dans votre cave à vin si vous souhaitez le garder pendant de nombreuses années. S’il est entreposé debout, le bouchon sera susceptible de se déshydrater.

Peut-on sauver un vin bouchonné ?

Même s’il est presque impossible de sauver un vin bouchonné, il existe des techniques pour l’atténuer. Nous vous en proposons deux :

  • La feuille de film alimentaire : versez votre vin dans une carafe puis ajoutez une feuille de film alimentaire roulée sur elle-même. Celle-ci devrait absorber le goût bouchonné s’il est léger mais elle peut aussi donner un goût de plastique à votre vin.
  • Carafer votre vin : en l’aérant votre vin pourra éliminer le goût bouchonné mais, s’il est trop fort, l’aération de votre vin pourrait renforcer les saveurs de carton mouillé.

Vous l’aurez compris, il n’existe pas de solution miracle mais si vous en connaissez une, partagez là en commentaire nous seront nombreux à être intéressés !

Bonne dégustation !

Carafer ou décanter ?

Choisir et faire vieillir son vin est délicat, le déboucher l’est tout autant ! Vous avez vu votre père ou votre grand-père déboucher les bouteilles de vin, vous répétez donc les mêmes gestes, pensant avoir pris les bonnes habitudes. Ma Cave à Vin vous délivre ses conseils afin d’éviter certaines erreurs qui pourraient s’avérer fatales à la qualité du vin.

Différencier « carafer » et « décanter »

Les deux termes sont parfois assimilés à la même opération. Il n’en est pourtant rien. Premièrement, la décantation consiste à séparer le dépôt d’un vin du vin lui-même, en lui apportant peu d’oxygène. Acte noble mais extrêmement délicat. Le fait de décanter, quant à lui, oxygène le vin par un passage à l’air, lui permettant de s’étoffer et s’assagir.

Les vins vieux

Les vins vieux (10 ans et plus) s’oxydent quant à eux rapidement. Si vous choisissez de décanter un vin vieux, optez pour une carafe étroite que vous reboucherez aussitôt afin d’éviter l’oxydation de ce précieux élixir. Il conviendra donc de procéder à la décantation au dernier moment et très délicatement. Sachez d’ailleurs qu’il n’est pas toujours nécessaire de décanter puisque cela peut abîmer le vin qui, au fil des ans, a déjà perdu de sa structure. Choisissez alors de la conserver dans une cave à vin de service et de le déboucher simplement 1 heure environ avant la dégustation. L’ouverture de la bouteille étant suffisamment étroite pour permettre une aération satisfaisante et non agressive pour le vin. Ses qualités n’en seront donc pas altérées.

Les vins jeunes

Les vins blancs et rosés ne gagnent eux pas grand-chose à être carafés. Cela concerne surtout les vins rouges, notamment ceux considérés comme puissants. Choisissez donc une carafe à l’assise large et au goulot évasé. Dans l’idéal, procédez à l’opération environ 2 heures avant la dégustation. Oxygéner votre vin jeune en le carafant l’assouplira, atténuera acidité et tanin. Vigilance tout de même : ce vin rouge doit être suffisamment dense pour supporter le choc de l’oxygénation provoqué par le fait de carafer.

Amateurs de vins blancs, rouges ou rosés, de vins vieux ou jeunes, le choix de décanter ou carafer reste à votre libre appréciation. Tout est fonction du vin choisi, de son histoire et de vos envies.

Top 5 des astuces pour choisir son vin

Devant les rayons de son caviste ou en supermarché, il est souvent bien difficile de démêler les appellations, les régions ou encore les millésimes. Dès lors, quelles règles simples peut-on appliquer pour y voir plus clair et découvrir des vins inconnus mais de qualité ? Ma Cave à Vin vous propose des astuces pour partir à la conquête du vin.

1. Faites confiance à un spécialiste

C’est le premier réflexe à avoir. Lorsque l’on ne possède pas la connaissance suffisante pour déterminer soi-même la valeur d’une bouteille, on demande tout simplement à des spécialistes qui sauront vous aiguiller. Vous pouvez ainsi vous rendre chez votre caviste qui vous prodiguera des conseils pertinents au moment de constituer votre cave à vin.

2. Ne pas se réfugier dans les valeurs sûres

C’est un réflexe bien connu des novices en matière de vins, se réfugier dans des domaines largement identifiés. Certes, vous ne risquez pas d’être déçus par un grand cru mais faites preuve d’originalité et explorez des sentiers encore inconnus. Vous pourriez bien y découvrir des bouteilles peu chères qui s’avèreront délicieuses.

3. Attention aux années de mise en bouteille

Attention à ne pas se jeter sur la première bouteille venue sans tenir compte de son millésime. Certaines années sont connues pour être de moins bonne qualité que d’autres, alors renseignez-vous avant d’acheter.

4. Choisir en fonction du type de repas

Pour choisir son vin, il faut avant tout connaître le met avec lequel il sera servi. Ainsi, on privilégiera un rouge puissant pour une viande rouge, un rouge léger pour une viande blanche, ou encore un blanc sec pour un poisson ou une entrée.

5. Lire attentivement les étiquettes

Il est également nécessaire de décrypter les étiquettes des vins que vous souhaitez acquérir. Comme pour tous les autres produits, celles-ci révèlent de précieux indices quant à la qualité de votre futur achat. Ainsi, vous pourrez être rassurés lorsque vous verrez  « mis en bouteille à la propriété », un « R » signifiant mis en bouteille par le récoltant, ou encore le label « AOC ».

Dégustez du vin tout en vous baladant dans Paris avec le Bacchus Bus

Qui n’a pas déjà eu envie de se faire conduire dans Paris tout en profitant d’un verre, surtout après une longue journée de travail ? Assis confortablement, entouré de ses amis dans une ambiance conviviale et en train de déguster une bonne bouteille, voici le programme que vous propose le Bacchus Bus.

Il est vrai que le décorum donne envie. Quoi de mieux que de délocaliser le traditionnel afterwork entre amis dans un bus qui nous conduira aux plus beaux endroits de Paris un verre à la main. Le tout, sur fond musical et naturellement accompagné d’une belle ardoise de produits comprenant des fromages affinés et des charcuteries artisanales. Un pur moment de plaisir.

De passage pour découvrir ou redécouvrir les endroits les plus iconiques de Paris. Confortablement installé, vous pourrez ainsi admirer le Trocadéro, la Madeleine, Notre Dame, la Concorde, l’Arc de Triomphe, l’Opéra et bien évidemment la Tour Eiffel. Une idée originale pour s’affranchir des traditionnels restaurants-péniches et de la foule présente sur les terrasses parisiennes. Avec un rendez-vous donné à deux pas de la Tour Eiffel, ce sera l’occasion parfaite de célébrer un anniversaire, une promotion, une naissance ou tout autre événement.

Avec le Bacchus Bus, vous embarquerez donc à 20h30 pour revenir à 23h30 afin de ne pas louper les derniers métros de Paris. Parmi les vins qui vous seront servis lors de votre balade parisienne, nous retrouvons des Bordeaux, des Montagne-Saint-Emilion, des Minervois, du Chablis ou encore du Champagne. Au total, c’est près de 15 vins différents qui vous seront proposés lors de votre escapade avec des rouges, des blancs, des rosés et du champagne.

Enfin, avec le Bacchus Bus, pas besoin de prendre le volant, vous profitez pleinement de votre soirée, entouré de votre famille ou de vos amis. Une belle occasion de déguster des vins dans un univers unique et complètement insolite

Les régions viticoles du Portugal: le Douro

Vin rouge Douro du Portugal

La région du Douro, un des plus beaux terroirs du vin, est située au nord-est du Portugal, le long du fleuve Douro duquel elle tire son nom. Elle s’étend dans la vallée du Douro, région qui fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis décembre 2001 et qui est renommée pour ses paysages magnifiques et sa splendeur à couper le souffle. De plus, la vallée du Douro fait partie des vignobles les plus anciens du continent européen avec une tradition viticole de plus de deux millénaires. D’ailleurs, pour ceux qui l’ignorent, en 1756 la vallée du Douro est la première région viticole classique au monde qui a été délimitée.

La région du Douro est divisée en trois sous régions: Baixo Corgo, Cima Corgo et Haut-Douro. Elle est délimitée par les montagnes du « Marão » et « Montemuro » qui assurent une protection contre les vents atlantiques porteurs d’humidité. Le climat est sec et torride pendant l’été surtout vers l’est du territoire, tandis que les hivers sont assez rigoureux. Les sols de la région sont principalement constitués de schistes, une roche métamorphique très riche en nutriments. Malheureusement, l’inclination du terrain rend assez difficile le travail du sol.

Le vignoble du Douro occupe environ 40 000 hectares. La région possède une véritable mosaïque de cépages autochtones donnant des vins qui ont acquis une très grande réputation. Les principaux cépages rouges cultivés dans cette magnifique région sont: Touriga Nacional, Tinta Barroca, Touriga Francesa (le cépage le plus répandu dans la région du Douro), Tinta Cão et Tinta Roriz. Pour la production de vins blancs, on utilise des cépages tels que: Gouveio, Viosinho, Malvasia Fina ou Rabigato.

C’est dans le Haut-Douro qu’est produit depuis des siècles le fameux Porto, le vin muté le plus célèbre qui peut être considéré comme un vrai ambassadeur des vins portugais. Le Porto est un vin fortifié, c’est-à-dire un vin qui est élaboré en ajoutant de l’alcool alimentaire ou de l’eau de vie durant le processus de fermentation. Presque 50% de la production de vin enregistrée dans la région du Douro est réservée au vin de Porto, tandis que l’autre moitié est dédiée à la production de vins rouges, blancs, rosés, vins mousseux ou liquoreux.

Plusieurs variétés de vin de Porto sont disponibles pour les amateurs de vin. Vous pouvez choisir parmi le Porto Blanc, Ruby, Tawny ou Porto Late-Bottled Vintage (« mise en bouteille tardive »).

Le Porto Ruby par exemple est un rouge fortifié au nez fruité et épicé avec une robe rouge rubis. Ce vin est le plus jeune de la gamme de vins de Porto, c’est pourquoi il doit être consommé rapidement à une température de 18-20 °C. Le Porto Ruby peut être servi avec des gâteaux secs ou des fromages aux herbes. Par contre, le Porto Late-Bottled Vintage avec sa robe aux reflets grenat peut vieillir sans problème une dizaine d’années.

Même si le vin de Porto se sert d’habitude en fin de repas, avec le fromage ou le dessert (y compris avec le chocolat), il est aussi idéal comme apéritif, surtout le Porto blanc. Que ce soit pour accompagner de bons moments entre amis ou pour une soirée plus intime, les caves à vin polyvalentes de la marque Dometic proposées par Ma Cave à vin vous permettront de conserver ou de servir à la température idéale vos bouteilles du Douro.

Les régions viticoles du Portugal: le Minho

vignoble_minho

Notre périple dans les régions viticoles du Portugal ne peut pas terminer sans s’arrêter sur la plus grande zone viticole portugaise: la région du Minho. Située au nord-ouest du pays, cette province historique doit son nom au fleuve Minho qui la sépare de la communauté autonome espagnole la Galice. La région est limitée au sud par le fleuve Lima, à l’ouest par l’océan Atlantique, tandis qu’à l’est se trouvent des massifs montagneux, « Serra da Paneda » ayant l’altitude la plus élevée.

Le climat est de type océanique avec des températures douces toute l’année, de petites amplitudes thermiques et une forte pluviosité, ce qui favorise la présence d’un niveau d’humidité atmosphérique assez élevé. Les montagnes présentes à l’est du littoral limitent les influences du climat océanique ce qui favorise l’installation de plusieurs types de micro-climats. Toutes ces conditions climatiques présentes dans la région contribuent à la production des vins aux arômes frais et fruités.

La superficie du vignoble du Minho est d’environ 35 000 ha, ce qui représente presque 15% de la superficie du vignoble portugais, mais celui-ci est particulièrement morcelé. C’est pourquoi, chaque producteur possède, en général, moins d’un hectare de vignes. Les cépages blancs les plus répandus dans la région sont: Arinto, Alvarinho, Trajadura, Azal, Loureiro et Avesso. Les vins rouges sont produits à partir des cépages tels que Borraçal, Vinhão ou Brancelho. Contrairement aux vins blancs qui sont largement exportés, les rouges du Minho sont consommés plutôt au niveau local.

Il est important de mentionner le fait que le Minho est la région où est produit le célèbre vin portugais Vinho Verde (vin vert) qui est connu mondialement. Cette appellation produit des vins blancs, rouges et plus rarement des vins rosés, mais la variété la plus répandue sont les blancs. Ces vins ne demandent pas un processus de vieillissement, car on utilise pour leur production des raisins qui n’atteignent pas une grande dose de sucre.

Contrairement aux attentes, le nom de « Vinho Verde » ne fait pas référence à la couleur de ce vin, mais à la fraîcheur de sa jeunesse. Ce blanc tranquille est un vin léger, frais et acidulé, élaboré à partir des cépages Alvarinho, Arinto et Loureiro. Il est un vin très vif en bouche, au nez fin, avec des sensations aromatiques et un parfum légèrement citronné. Il doit être servi à une température de 8-10°C. En ce qui concerne l’accord avec les mets, vous pouvez choisir le Vinho Verde pour accompagner les apéritifs frais ou les plats à base de poissons et de fruits de mer. Autrement dit, il s’accommode très bien avec la gastronomie locale.

Le Vinho Verde est un vin à boire rapidement, il ne permet donc pas une conservation de longue durée. Si votre collection de vins du Portugal contient des bouteilles du Minho, nous vous conseillons de choisir les caves à vin de service de la marque Haier afin de préparer ces vins à une température optimale de dégustation.

Les régions viticoles du Portugal: Bairrada

vignoble_bairrada

La Bairrada est une région viticole portugaise située dans le centre-ouest du pays sur la zone littorale, entre l’océan et la Serra do Buçaco. Elle est bordée à l’ouest par l’Atlantique, à l’est par la région du Dão, au nord par la ville de Coimbra, tandis qu’au sud se trouve le Vignoble du « vinhos Verdes ». Le nom de cette zone viticole provient du mot « Barro » (terre argileuse) ce qui explique la nature du sol présent dans la région.

Le climat de la Bairrada est fortement influencé par la présence de l’océan Atlantique et se caractérise par des températures assez douces et des pluies abondantes. Les vins produits dans cette région sont des vins séduisants, riches et parfumés, avec une forte base tannique.

Les rouges, à la robe grenat ou rubis qui évolue avec l’âge vers des reflets marrons, représentent presque 90% de la production. Ils sont issus des cépages tels que Baga, Castelão, Touriga nacional, Alfrocheiro ou Camarate.

Les blancs, quant à eux, sont plus rares et possèdent un arôme fruité et une robe citron. Parmi les vins produits dans la région de la Bairrada, nous pouvons citer également les vins mousseux. En effet, la fraîcheur et l’humidité du climat créent des conditions très favorables à un raisin utilisé avec succès pour la production de ce type de vin à faible degré d’alcool. Petite curiosité: les vins mousseux produits pour la première fois sur le territoire du Portugal sont attribués à la région de la Bairrada. Les vins blanc et mousseux sont issus des cépages Arinto (cépage blanc traditionnel portugais), Bical, Fernão Pires, Rabo de Ovelha (aussi connu sous le nom de Rabo de Anho), Pinot blanc ou Chardonnay.

Le Bairrada rouge est un vin tranquille avec beaucoup de caractère. Le cépage principal utilisé pour sa production est le Baga, mais d’autres cépages sont aussi acceptés. Sa robe rouge-pourpre aux reflets violacés et son arôme intense avec des senteurs de fruits mûrs et des notes épicées séduiront tout amateur de vin rouge. Il est conseillé de servir le Bairrada rouge dans des verres ballon à une température de 18-20 °C.

Dans le cas des meilleurs crus, ce vin permet une conservation de plus de dix ans. Pour le vieillissement et la conservation optimale de vos bouteilles de Bairrada rouge, Ma cave à vin vous conseille de choisir les caves à vin de vieillissement de la marque Dometic afin de profiter au maximum de l’arôme intense de ce vin rouge. Si vous vous demandez quels plats associer avec ce type de vin, sachez qu’il se marie parfaitement avec les fromages de brebis, la viande rouge ou avec les saucissons bien secs.

Maintenant, à vous de choisir parmi ces vins d’excellente qualité qui accompagnent aussi très bien les spécialités gastronomiques régionales !

Les régions viticoles du Portugal: Alentejo

vignoble_alentejo

Le Portugal est un autre pays européen avec une tradition viticole très ancienne. Avant de procéder à une présentation plus détaillée des vins portugais, il convient de s’attarder sur quelques aspects clés concernant la viticulture sur les terres du Portugal. Avec environ 240 000 hectares de vignoble, soit 3,2% de la superficie du vignoble mondial, ce pays occupe la 8ème place parmi les pays producteurs.
La diversité des conditions climatiques et du sol ont beaucoup favorisé la production de vins de haute qualité. D’ailleurs, le Portugal a su conserver les cépages autochtones qui restent toujours privilégiés par rapport aux cépages internationaux.

L’Alentejo est l’une des plus importantes régions viticoles du pays qui vous surprendra par les robes et les arômes singuliers de ses vins. Appelé aussi « la Californie du Portugal », l’Alentejo est situé dans la moitié sud du pays. L’influence du climat méditerranéen présente dans la région confère aux vins un caractère unique. Les printemps et les étés sont particulièrement chauds et secs et le grand nombre d’heures d’ensoleillement permettent aux raisins d’atteindre un haut degré de maturité. Les températures élevées et les précipitations assez faibles demandent l’irrigation de la vigne.

L’Alentejo est une région avec un grand potentiel viticole ce qui lui a permis de produire des vins de qualité qui ont gagné en reconnaissance internationale. Le vignoble d’Alentejo couvre environ 22 000 hectares. Les 6 cépages principaux de la région sont le Roupeiro, Antão Vaz, Rabo de Ovelha pour les blancs, tandis que pour les rouges nous pouvons citer des cépages tels que Trincadeira, Periquita ou Aragonês.

Les vins blancs produits dans la région d’Alentejo sont des vins frais, suaves, aromatiques et légèrement acidulés. Ils se distinguent par une agréable légèreté et des arômes originaux et intenses de fruits tropicaux. Les rouges, quant à eux, ils sont des vins plus intenses, riches, moelleux et équilibrés, avec des robes rubis ou grenat.

Outre la variété de vins rouges et blancs, le vin régional de l’Alentejo est présent dans toute la région et couvre une partie signifiante de la production. Ce rouge tranquille est issu des cépages Trincadeiro, Alicante, Tempranillo, Abundante mais d’autres cépages sont également admis.

Avec sa robe rouge rubis intense, ce vin long en bouche possède un arôme robuste et agréablement tannique. Au nez épicé et fruité, l’Alentejo doit être servi à une température de 16-18 °C. Il s’accorde parfaitement avec des plats riches et succulents ou avec des viandes grillées ou rôties. Il est conseillé de consommer ce vin entre trois ou cinq ans d’âge. Pour sa conservation optimale, nous vous proposons les caves à vin multi-usages 2, 3 ou 4 températures de la marque Climadiff.

Profitez comme il se doit de vos bouteilles d’Alentejo !